Plan du Site

Notre Collection  et NAM-IP

accueil du site menu histoire   Contact  

 Quelques définitions de termes courants dans le domaine de l'informatique

Pour les acronymes (abréviations) voir page précédente
 

Pour recherche rapide : A
B
C D E
F
G H I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S T U V
X
W 1 à 5  
  Algorithme Un algorithme est une suite finie et non ambiguë d'opérations ou d'instructions permettant de résoudre un problème par convergence des résultats..
(Le mot 
algorithme vient du mot arabe الخوارزمي, nom du mathématicien du IX e siècle Al-Khwârizmî.)
On les utilise en informatique pour résoudre automatiquement des problèmes en employant un minimum de calculs, et donc de ressources système.
  Assembleur Désigne soit un langage de programmation (voir langage);
soit un logiciel qui transforme ce langage en langages machine.
B    
  Bitcoin Bitcoin est une monnaie virtuelle que l'on peut se procurer via des sites Internet contre paiement en euros ou en dollars .
Elle sert ensuite à payer des biens ou des services en ligne. Elle peut remplacer ainsi des paiements via cartes de crédit. Née en 2009 aux USA. Utilisée en Europe depuis 2012 environ.
Le cours du bitcoin est variable. 1 bitcoin valait 1.000 US $ ne janvier 2014.
  BLOG Journal personnel ou réflexions personnelles paraissant sur Internet.
Il est composé soit par une personne, soit par plusieurs qui rajoutent leurs réflexions sur base des précédentes.
  Blockchain ou
Chaîne de blocs
La chaîne de blocs est une technologie qui permet de stocker et de transmettre des informations dans un réseau informatique. Ceci dans un contexte de transparence, de grande sécurité assurée par cryptage et sans organe central de stockage et de contrôle.
Toutes les données d'un transfert, ou d'une transaction, sont mémorisées dans un bloc de donnée et protégées par des procédés avancés de cryptage;
Ce qu'il y a de particulier dans un réseau "blokchain", c'est qu'un très grand nombre de systèmes indépendants participent à la chaîne. Chaque système se voit attribué la conservation d'un certain nombre de blocs. Il n'y a donc pas de base de donnée centralisée.
Les blocs de données ne disparaissent jamais. Donc un utilisateur peut avoir accès à tout moment à l'historique de toutes ses transactions. Historique qui est réparti en blocs, suivant une règle déterminée, sur un nombre inconnu de systèmes faisant partie de la chaîne. Des redondances d'informations sont prévues pour assurer la sécurité de la chaîne.

Applications les plus anciennes :
Bitcoin, cybermonnaie créée en 2008,
Ethereum, cybermonnaie "ether", créée en 2014,
Gestion de contrats, innové par AXA en 2017.

  Blue Tooth Nom symbolique traduisible par "le créneau bleu"
Technologie de transmission par ondes courtes utilisée surtout depuis 2000 pour relier des périphériques au PC et par là aussi des appareils à Internet.
  .
  BSC Binary Synchronous Communication protocol
Protocole de communication défini par IBM fin des années 1960 pour transférer des données entre un ordinateur et un terminal "lourd" (lecteur de cartes et imprimante rapide).
Deux terminaux définissaient chacun une variante : le IBM 2780 et le 3780. Ces procédures devinrent un standard de fait adopté pour le même type d'application par d'autres constructeurs.
C    
  Calculateur analogique Machine qui représente les informations et le résultat de leur traitement par des quantités physiques variables et mesurables. Exemples : positions de réglettes, tensions électriques, niveau d'eau, etc
  Calculateur digital Machine qui représente les informations et le résultat de leur traitement, en mémoire interne, par des nombres, généralement traduits en code binaire. Les entrées et sorties des informations sont codées ou décodées sur des supports très variables : papier, écrans, saisie directe d'appareils de mesure, mémoires magnétiques, etc
   

Calculateur quantique

Un calculateur quantique ou improprement ordinateur quantique utilise les propriétés quantiques de la matière, telle les multiples valeurs qu'on peut attribuer à un la superposition et l'intrication afin d'effectuer des opérations sur des données.

L'auteur des lignes ci-dessous explique ce qu'il a compris d'un fonctionnement inédit.

À la différence d'un ordinateur classique basé sur des transistors, lequel travaille sur des données binaires codées sur des bits, valant 0 ou 1, le calculateur quantique travaille sur des agglomérats de particules, nommés qubits, dont "l'état quantique" peut posséder plusieurs valeurs observables. De plus, un agglomérat reste soumis "au principe d'incertitude", cad que l'observation ne peut être que statistique. Ce qui multiplie d'autant les combinaisons possibles. (Voir Qbit en page acronymes).
La superposition de 2 Qubits entraîne donc la superposition de plusieurs valeurs 0 ou 1 en même temps, donnant un résultat unique !
L'intrication consiste à regrouper des Qubits pour former un système unique. Ce système unique forme la mémoire du calculateur quantique.
On pourrait comparer cela à un groupe d'équations du type Qubit(i) = Pa(0) + Pb(1)

On appelle "porte quantique" le moyen qui permet de modifier l'état d'un Qubit.

La programmation de tels calculateurs repose sur l'utilisation des équations linéaires à variables multiples.

De très petits calculateurs quantiques ont été construits à partir des années 1990. Jusqu'en 2008, la difficulté majeure concerne la réalisation physique de l'élément de base : le qubit. Le phénomène de décohérence(perte des effets quantiques en passant à l'échelle macroscopique) freine le développement des calculateurs quantiques. Le premier processeur quantique fut créé en 2009 à l'université de Yale : il comportait seulement deux qbits composés chacun d'un milliard d'atomes d'aluminium posés sur un support supraconducteur. En 2017, de gros progrès ont été faits, on a multiplié les qbits, mais le rapport coût/performance reste en faveur des supercalculateurs classiques.

En 2017, Atos (Bull Atos)  a commercialisé un simulateur de calculateur quantique, en utilisant en "background" un de ses supercalculateurs.
  Compact Disque (CD) Compact Disc
Disque gravé à la production pour inscrire des données ou de la misique.
Il peut ainsi contenir juqu'à 0,8 Gb.
Il existe aussi des CD dont la couche d'écriture peut être écrite par un graveur de PC. Ce sont les "CD-R.
Capacité usuelle depuis 2004 : 0,7 Gb. Elle ne changera plus, vu l'existence du DVD.
Enfin, il existe des CD qu'un graveur de PC peur effacer et réécrire ; ce sonr les DC-RW.
  Cloud Computing Cloud Computing : littéralement : Informatique dans les nuages, l'abréviation Cloud recouvre les activités et services informatiques qui sont accédées via Internet.
Trois grands modèles d’usage du Cloud se dégagent actuellement :
le Cloud d’infrastructure (IaaS ou Infrastructure as a Service),qui offre les services d’un réseau, la virtualisation, l’accès à des serveurs, des possibilités de stockage de données.
le Cloud applicatif (PaaS ou Platform as a Service) qui offre en plus des services permettant l’exécution de programmes, des bases de données et des systèmes d’exploitation.
 le logiciel à la demande (SaaS ou Software as a Service) qui offre en plus du SaaS des logiciels d’applications.
   

Codes en informatiques,
Sortes de codes

Un code est une manière de représenter des chiffres, des lettres et certains caractères spéciaux par une série de bits (0 ou 1). C'est le codage des données.

-Les premiers codes furent utilisés en  télégraphie : codes de 5 bits, ce qui permet 25 = 32 combinaisons. Ces combinaisons furent doublées grâce à l’utilisation du signe « lever » ou « baisser » le chariot qui précédait une série de caractères.

-En mécanographie à cartes perforées, une carte standard présentant 12 colonnes, soit 12 bits, divers codes furent élaborés. le plus répandu et devenu un standard de fait après 1950, fut le code Hollerith.
Mais les machines à cartes perforées avaient des limitations, donc ce code carte ne représentait que 64 chiffres, lettres ou caractères spéciaux.

- Les premiers calculateurs et ordinateurs travaillaient en mémoire avec des codes de 6 bits (plus un bit de contrôle), représentant 10 chiffres et 54 caractères. Pour les représenter, on divisait en 3 + 3 bits. On parlait de code BCD (Binary Coded Decimal). Ils dérivaient directement des codes utilisés en cartes perforées.
les 3 bits étaient « traduits » en impression par les signes 0 à 9 et A à F .

- Ensuite l’unité d’information devint l’octet. (8 bits plus un bit de contrôle).
Son codage permettait de représenter soit deux chiffres, soit 128 caractères. Les majuscules et minuscules pouvaient alors être codées différemment.
On parlait alors, de code hexadécimal ou code ASCII. Il est toujours d’actualité.

Le code ASCII sera ensuite étendu sur les 8 bits afin d’y intégrer toutes sortes de caractères, de toutes langes. Ce travail énorme mené par l’organisme ASCII a mené à l’Unicode. Il permet d’intégrer le graphisme des caractères, leur sens de lecture, et d’autres contraintes propres à une écriture.

But final : par exemple pouvoir transmettre un texte en hébreux ancien entre systèmes à distance.

- Pour les calculs scientifiques, l’unité d’information est le mot afin d’y loger une représentation binaire d’un nombre en virgule flottante. Ce mot peut être de 16 bits ou un multiple de 16.

 Enfin, code a aussi son sens plus large de « signal » :
On retrouve ce sens quand on parle de « code erreur », lequel renvoie à une ligne dans une liste d’erreurs.

 

  Code ou lignes de code 

Le fait de programmer a été traduit, improprement, par le terme coder.
D’où aussi dérivent les expressions « lignes de code », « code source », qui sont des programmes écrits dans un langage donné.

  Compilateut programme informatique qui lit le langage de programmation et qui le transforme soir en langage "machien", soit directement en langage dutrectement utilisable par la machine.
  Cybernétique Domaine de la science où est étudié la maîtrise des machines. (Cyber vient du grec kubernao = piloter)
  Cyberespace  ( cyberspace ) Ensemble des ordinateurs et systèmes connectés dans le monde.
D    
  Domotique ( Home Automation ) Ensemble de techniques utilisées dans les bâtiments qui permettent de centraliser et coordonner différents sous-systèmes d'un logement ou de bâtiments de bureau ou industriels.
  Double facteur d'identification Désigne les systèmes de sécurité sur Internet qui travaillent avec une demande d'identification à clé double.
Les banques ont été les premières à utiliser en grand ce système pour leur "home bank", mais d'autres formes existent depuis 2014 qui ne nécessitent pas de petit calculateur dédié.
     
DVD ou Disque Video Digital Video Disc (Digital Versatile Disc)
Issu en 1995 d'une amélioration de la technique du CD, il permet en 2004 d'atteindre une capacité de 4,4 Gb (en simple face, simple densité) et un débit de 1,3 Mb/sec
Il y a plusieurs standards aux formats incompatibles : DVD-R et DVD-RW, DVD+RW,
et des densités plus élevées avec HD-DVD,.Blue-Ray..
E    
  Ecran à rayons cathodiques (CRT) Ecrans à rayons cathodiques (faisceau d'électrons). Ont prévalu toute la deuxième moitié du XX ème siècle pour l'imagerie électronique :
oscilloscopes, télévisions, écrans de terminaux et de PC.
Fin de fabrication totale en 2008.
  Enceinte connectées Petit ordinateur qui permet de gérer, avec une assistance I.A., l'écoute de musiques reçues depuis un site comme en ont Apple, Amazon, Google.
Il peut avoir des fonctionne accessoires, comme le gestion de la domotique. S'est commercialisé à partit de 2015.
  Exabytes ou Exaoctets 1.000 Petabytes, soit un million de Terabytes
  Exaflops litt : Exa Floating Point instructions per Second 
1 milliard de milliards d'instructions par seconde. (10 exp 18 = 1.000 exp 6)  Objectif pour supercalculateurs en 2025.
F    
  Facebook Facebook = album photo
Lancé par Mark Zuckerberg aux USA en 2006, il fut longtemps le premier Réseau social d'échange de textes ou de ohotos entre "amis" définis par chacun sur ce réseau.
G    
Gestion par lots

L’ordinateur traite en série des lots importants de données en une seule fois. (Batch processing ou Background processing))
C'est la méthode la plus ancienne, déjà appliquée en gestion par machines à cartes perforées.

  Gestion transactionelle

Gestion d'application informatique via des transactions (Transaction Processing)

L’ordinateur, via des transactions (voir définition) dialogue avec les utilisateurs
  Gigabits  ou Gigaoctets 1.000.000.000 de bits = 10 exp 9 = 1 milliard de bits
On parle aussi de Go = Gigaoctets = Gigabytes
  Googol (Gogol en français) Très grand nombre nommé ainsi par le mathématicien US  E. Kasner en 1938.
Il vaut 10 puissance 100. Ce terme serait à l'origine du choix  "Google" pour la société créée en1990.
     
H    
  Hypertexte
 
C'est un langage de description de documents dont l'usage s'est répandu avec Internet.
Dans un hypertexte, des mots ou des "objets" renvoient automatiquement à d'autres textes ou objets.
Ceci se réalise via des liens associés aux "objets".
I HomePod Voir Enceinte connectée
 

 Informatique (data computing)

Traitement, publication et/ou échange d'information numérisée par et au moyen d'ordinateurs et de terminaux (postes de travails, portables de diverses nature, objets communicants )
La période de large utilisation de l'informatique débute vers 1960.
  Infonuagique Voir Cloud Computing
  Informatique dans les nuages Voir Cloud Computing
  Intelligence Artificielle  (IA) Tout ce qui permet de simuler des processus de décision humain par un système informatique. En ce compris des processus d'apprentissage.
  Instagram C'est un gigantesque album photo et video partagé via le "cloud" dans le monde entier. Destiné aux portables.
Cette application fut disponible à partir de 2010. Elle a des millions d'utilisateurs en 2018.
 
   Instruction machine C’est une opération élémentaire qui est soumise à l’organe de contrôle et d’exécution d’un système ou d’un ordinateur, afin qu’il en lance l’exécution.
Son expression en binaire la rend directement exploitable par les circuits électromécaniques ou électroniques.
  IPhone Appareil portable lancé par Apple fin 2007, à interface tactile, et destiné à être d'usage universel :
Réception musicale format MP3 + GSM + agenda + radio + photo + ...
Très mode mais appartient au monde "fermé" des utilisateurs de systèmes Apple..
  IPod Appareil portable qui enregistre des morceaux de musique (MP3) depuis un PC Mac ou Windows, les organise en albums et permet de les écouter en tous lieux. Produit sorti par Apple le 23/10/2001
Grande diffusion depuis 2004 grâce à l'ouverture de sites musicaux, tel que "iTunes" de Apple.
  IT ou ITC Information Technology
Technologie de l'Information, informatique et télécommunications comprises.
J    
  JPEG Joint Photographic Experts Group
Méthode de compression des images qui en préserve les qualités. C'est probablement la plus utilisée en stockage et échange de photos via le WEB, avec le GIF.
     
K    
  Kb Kilobits
1.000 bits = 10 exp 3 = 1 mille bits
On parle aussi de Mo = Mégaoctets = Megabytes
  Khz Kilohertzs
Pour les ordinateurs, mesure de la vitesse de base du processeur en nombre de cycles par seconde
  Kops Kilo operations per second
Ancienne mesure de performance des ordinateurs. Elle servait ainsi de comparaison entre systèmes mais il fallait spécifier ensuite si c'était en virgule flottante ou non.
Est remplacé par le mesure en "flops" : voir teraflops, petaflops dans ce lexique.
L    
  Langage interprété Langage pour lequel les instructions sont lues, décodées et vérifiées les unes après les autre.
Ceci permet un dialogue immédiat avec le programmeur.
exemple : Le Basic.
  Langage de programmation :

C’est une chaîne de symboles, habituellement accompagnée de conventions implicites, comme le format par ex. Cette chaîne prend ainsi un sens qui peut être interprétée par un ordinateur comme une série d’instructions à exécuter.(ref  Donald Knuth, Standford Univ.) 

Il existe un très grand nombre de langages de programmation, chacun d'eux ayant été développé dans un but spécifique.

  Langages de programmation :
les niveaux de langages

Les différents niveaux de langage des ordinateurs (extrait de «Une  Approche anthropologique » de M. d’Udekem Gevers. )

-        Langage machine : langage qui s’adresse directement pour exécution aux circuits de la machine.
Il est composé d’instructions élémentaires.
ce niveau de langage se retrouvait déjà dans les « tableaux de programmation «  des machines à cartes perforées.

-        Langage assembleur : un langage qui est destiné à faciliter la rédaction de programmes en langage machine. Pour cela il est fait usage de conventions symboliques ou mnémoniques. On peut aussi parler de langage interprété.

-        Langage de programmation : un langage qui permet d’écrire un programme en utilisant un formalisme bien défini. Un langage de programmation se rapproche du langage humain et peut être standardisé.

-        Langage de haut niveau ou langage algorithmique : langage de programmation orienté vers le problème à résoudre. Il permet d’écrire des programmes en utilisant des mots ou des expressions habituels à ces problèmes.
Ce langage peut faire l’objet de standards internationaux.
Le premier de ce type, largement utilisé, fut le Fortran, à partir de 1956.

Lllj     Langage compilé : voir "compilateur"

 

  Like, liker, être liké Like = aimer
Signe par lequel un internaute signale qu'il a apprécié une publication.
De là les motes francisés liker : mettre un signe "like", et "être liké" recevoir un ou des "like" sur sa publication.
  Latence ou  Latency time Délai de transit de l'information. Inclut le temps d'attente de l'utilisateur à la réponse à sa requête.
  Logiciel

Logiciel (Software)

Tout ce qui, dans un ordinateur, n’est pas physique, mais relève de programmes écrits pour faire fonctionner ou utiliser l’ordinateur
M    
  Matériel

Matériel (Hardware)

Ensemble des constituants physiques d’un ordinateur.                                                   

  Mécanographie Traitement mécanique ou électro mécanique de l'information numérisée sur un support et la publication des résultats.
La période d'utilisation de cette technique va de la fin du XIX ème aux années 1970. Donc les supports furent essentiellement en papier ou cartons;
La mécanographie à carte perforée remonte au début du XX ème siècle.
  MegaBytes ou Mégaoctes MegaBytes ou Megaoctets :
1.000.000 octets = 8.000.000 bits
  Mémoire Vive Désigne la mémoire interne à un ordinateur, une tablette ou autre, mémoire qui est directement adressable .
Terme technique : RAM ou DRAM.
 

Microprocesseur :

 

L'appellation microprocesseur tient du fait que les composants du processeur ne sont plus distincts mais incorporés dans un même circuit intégré. Les principaux microprocesseurs rencontrés dans le monde informatique du début du XXème siècle sont ceux fabriques par Intel et l'Athlon d'AMD.

Les microprocesseurs peuvent eux même être composés de multiples processeurs ou « cœurs ».
On parle alors de microprocesseur à double, triple, quintuple.cœurs.
 

Moniteur transactionnel:

 

Moniteur de transactions (transaction processing monitor)
Ensemble logiciel qui est prévu pour faciliter l’écriture de programmes transactionnels, en assurer la gestion et la sécurité lors de l’exploitation, et optimiser les temps de réponse des transactions.(ex : CICS chez IBM, TDS-IDS chez Bull)
(voir définition de transaction).

O    
Ordinateur

Mot introduit dans la langue française en 1955, donc au début de l’expansion commerciale de ces systèmes. Il est plus précis que sa traduction anglaise « stored program computer ».

Un ordinateur est un système destiné à traiter de l’information. Plus précisément, est considéré comme un ordinateur tout système dont l’architecture répond aux critères définis par le mathématicien J. von Neumann dès 1945:

Une unité de traitement arithmétique et logique qui réalise la gestion des données et leur calcul.
(Cette unité de traitement peut être constituée de un ou plusieurs processeurs.)
Une mémoire centrale qui maintient à la fois les données en cours de traitement et le ou les programmes en cours.
Une unité de contrôle et de gestion des instructions.
Une ou des unités d’entrée et de sortie des données.
On admet que les mémoires externes sont ici considérées comme des entrée-sortie de données.

Actuellement, ces unités sont gérées  via des processeurs spécialisés en gestion de ces types d’entrées-sorties. Par exemple des processeurs d’appareils périphériques style cartes, imprimantes, des processeurs de gestion des lignes de télécommunication, des processeurs de mémoires de stockage des données.
 

  Ordinateur Personnel  (PC) Ordinateur conçu pour être utilisé par une seule personne à la fois. Son unité centrale est construite sur base d'un seul processeur intégré, au tout début du type Intel 8008, et ensuite tous ses successeurs et concurrents. Il comporte des connecteurs pour des périphériques divers
  Ordinateur Quantique Voir Calculateur quantique
    .
P    
  Peta-octets ou Pb 1.000.000.000.000.000 de bits = 10 exp 16  bits = 1million de milliards de bits
  Petaoctets  (petabytes) 1.000 Teraoctets, soit un million de Teraoctet. (10 exp 15 octets)
  Petaflops (Peta Floating Point instructions per Second) 
1 million de milliards d'instructions en virgule flottante par seconde. (10 puissance 15)  Atteint par supercalculateur conçu par IBM en 2006 et opérationnel en 2008.
  Péritel (Peritel) Câble et prise destinés à connecter entre eux divers éléments audio-visuels. Ils correspondent à une norme européenne acceptée par les constructeurs. Appelée parfois ( SCART )
  Phablets Abréviation utilisée pour désigner les objets intermédiares entre les tablettes portables et les téléphones portables intelligents (Smartphones).
  Plasma Une des techniques des techniques écrans  parmi d'autres ; CRT, LCD, TFT, OLED
Les écrans "Plasma" sont constitués d'une grille de fils métalliques à l'intersection desquels sont placés des mini tubes à gaz (néon, hélium,xénon) qui s'éclairent quand le champ magnétique créé est suffisant. On parle de matrice passive.
  Porte quantique On appelle "porte quantique" le moyen qui permet de modifier l'état d'un Qbit
  Processeur Dans un ordinateur, c’est un organe destiné à réaliser un ou plusieurs processus (voir ci-dessous), par l’exécution d’une série d’instructions.
Ce terme peut aussi désigner un ordinateur spécialisé dans une fonction précise.
  Processus ou Tâche

Un processus est une suite continue d’opérations constituant la manière de fabriquer, de faire quelque chose : processus de fabrication, processus de calcul, processus de résolution logique d’un problème.

En informatique, un processus ou une tâche est un ensemble cohérent d’instructions en cours de traitement.

  Programme d’ordinateur (ou de calculateur) :l

C’est une série d’instructions introduites dans le système en vue de leur exécution.

.
  Programmation orientée objet Un style de programmation dont le codage est une suite de descriptions de classes ou de prototypes, des fonctions, des objets, avec la description de leurs caractéristiques, ou propriétés, et de leur comportements, ou méthodes.
Autrement dit, le corps du code source est une manipulation de fonctions ou d' "objets".
On passe à une foction, un objet, des paramètres et des données ou des tableaux, et l'on reçoit des résultats dans la forme souhaitée.
Le premier de ces langages de programmation par objets fut Simula, créé entre 1962 et 1967. Plus récents : Smaltalk, Python, Java, C++.
  Progiciel

Ensemble de programmes qui constituent une application suffisamment standardisée que pour être utilisable sur un nombre plus ou moins grand d’ordinateurs.
Traduction de Package.

  Pourriel Les québécois ont proposé la traduction "Pourriel' pour désigner des SPAM s
Message publicitaire non sollicité qui s'affiche à l'écran lors de la consultation d'un site Internet ou qui s'impose dans le courrier électronique.
   

Protocoles de transmission

Un protocole de transmission est une méthode définie pour structurer des messages afin que l’émetteur et le récepteur puissent dialoguer sans pertes de données.

Il y a longtemps, avant que les protocoles ne soient standardisé, les constructeurs informatiques avaient proposé des protocoles propres à leurs matériels (propriétaires donc). Le défaut majeur de ce type d'architecture "propriétaire" est qu'il n'est pas facile de faire communiquer des systèmes d’origine différente, à moins de trouver un accord et de rédiger un protocole de communication commun.
Ce fut le cas de ce qu'on appelait la procédure BSC, définie par IBM pour des échanges de données entre ordinateurs dans les années 1960. Elle fut adoptée par les autres constructeurs.

Les protocoles standardisés :

Les protocoles sont hiérarchisés en quatre couches dans le modèle TCP/IP (Transmission Control Protocol / Internet Protocol), ou en sept couches dans le modèle OSI (Open Standard Interconnection).

(Chaque couche s'occupe d'apporter un « plus » permettant la transmission de données, et de fournir des éléments avec les couches de niveau supérieur.

Plus on monte dans le niveau des couches, plus l'abstraction entre les données physiques (signal électrique) et logiques (langage de programmation) est accentuée. Les couches hautes sont plus proches de l'utilisateur (programmation) et gèrent des données de plus en plus abstraites dès lors que l'on redescend jusqu'à la couche physique

Pour éviter que chaque fabricant y aille de son propre protocole et connecteurs (ce qui deviendrait ingérable et freinerait notablement l'évolution des réseaux), l'ISO (International Standards Organisation) a développé un modèle de référence appelé modèle OSI (Open Systems Interconnection). Ce modèle décrit les notions utilisées pour normaliser l'interconnexion de systèmes. Il est organisé en sept couches distinctes, portant chacune un numéro, allant des données les plus abstraites (couche numéro 7) aux données physiques (couche numéro 1).)

Ethernet est un protocole de réseau local à commutation de paquets. C'est une norme internationale : ISO. Depuis les années 1990, on utilise très fréquemment Ethernet pour la connexion des postes de travail en réseau local.

Internet est un ensemble de protocoles regroupés sous le terme "TCP-IP" (Transmission Control Protocol/InternetProtocol). Voici une liste non exhaustive des différents protocoles qui peuvent êtres utilisés :

HTTP: (Hyper Texte Transfert Protocol): c'est celui que l'on utilise pour consulter les pages web.

FTP: (File Transfert Protocol): C'est un protocole utilisé pour transférer des fichiers.

SMTP: (Simple Mail Transfert Protocol): c'est le protocole utilisé pour envoyer des mails.

POP: C'est le protocole utilisé pour recevoir des mails.

IP (internet Protocol): L’adresse IP vous attribue une adresse lors de votre connexion à un serveur.

 

Q    
  Qualias Qualifie des entités qui peuvent apparaître "inutiles" :ce sont des perceptions non physiques, des états intérieurs de l'être, indétectables par la science actuelle.
Exemple : comment sont ressentis une couleur, un parfum, un paysage.
     
R    
  Ransonlogiciels
Ramsonwares
Logiciels malfaisants diffusés via des messages sur Internet. Leur but est de crypter la totalité des données d'un système, en ce compris les sauvetages sur le "cloud".
La rançon réclamée est censée donner la clé de cryptage...mais ce n'est pas toujours le cas.
Ce type de piratage rapporte gros et sévit surtout depuis 2015. Il devient en 2017 un problème pris en main au niveau mondial.
  Réalité Augmentée Technique consistant à superposer des informations ou images numériques à ce qui est observé : exemple : info vitesse projetée sur le pare-brise, lunettes donnant des informations supplémentaires sur ce qui est observé. En progression constante depuis 2011.
  RAID Redundant Array of Independant Disks
Technique de répartition des données sur plusieurs disques indépendants, dans le but :
1) de les entrelacer, de ne pas les stocker à la suite l'une de l'autre, afin d'améliorer les performances et la sécurité (RAID 0)
2) d'appliquer éventuellement la technique du "miroir" , où chaque donnée est duplicée (RAID 1)
La technique RAID est apparue en 1980, surtout dans un but économique, plusieurs petits disques revenant moins cher qu'un gros.
S    
  Support d'information numérisée Tout moyen de conserver et transporter de l'information numérisée : bande perforée (télex par ex), carte perforée, supports magnétiques (bandes, disques, mémoires fixes de diverses technologies).
  SELFIE Self Foto Internet Emission (origine acronyme pas certaine)
Mot apparu en Europe en 2013. Il désigne des photos prises de soi-même, en principe avec un appareil genre téléphone intelligent. Cet appareil , connecté à Internet, permet de transmettre immédiatement l'image sur les réseau sociaux.
  SMS Short Message Service
"Messagerie électronique" ou "Texto" au Quebec.  Ce service de messages courts s'est généralisé en Europe à partir de l'an 2000 environ.
  Serveur Système informatique composé de matériel et de logiciel qui permet le stockage de données, l'accès aux informations du web, l'envoi d'informations vers le web, le partage d'informations dans un réseau domestique ou externe. Le serveur gère les adresses des messages afin de les orienter vers les destinataires.
  SQL Structured Query Language
Langage standardisé en 1986 et destiné à l'interrogation et la manipulation des données stockées dans une base de donnée de type relationnelle.
Ce langage permet de créer des sous-schémas donnant aux utilisateurs une vue limitée de la base de donnée.
  SSII Société de Service en Ingénierie Informatique
  Super Calculateur

C’est un ordinateur, à vocation scientifique, qui est nettement plus performant que les ordinateurs de son époque.
Les supercalculateurs sont utilisés dans les domaines de la simulation, de la météorologie, de la gestion des données de très grandes bases de données à des fins très diverses.

Il s’agit d’une notion relative, en effet : le super calculateur CRAY-2 de 1985 a la puissance de calcul de l’iPad 2 de 2012 !

 
T    
  Telegram Lancée en 2013, Telegram est une application de messagerie originaire de Russie.( Rivale de WhatsApp et de Messenger), elle a fait de la sécurité des communications son principal argument de vente. Les messages envoyés sur Telegram sont cryptés. Personne d'autre ne peut les lire autre que leur expéditeur et leur destinataire. Le cofondateur de la société, Pavel Durov, affirme avoir créé l'application afin d'échapper à la surveillance du gouvernement russe.
Depuis 2015, elle a été largement utilisée par les jihadistes pour leurs échanges de communication.
  Téléphones .... Plusieurs mots sont utilisés pour désigner le même système de téléphonie mobile :
Téléphone cellulaire, téléphone portable, GSM.
S'il comporte des fonctions de type PC, on parle de téléphone intelligent, smartphone, iPhone si c'est un produit Apple.
  Traitement de l'information Toute modification apportée à des informations ou à leur support
  Traitement de l'information numérisée Toute modification, calcul, transformation apportée à des informations numérisées ou à leur support
  Teraflops Tera floating point instructions per second
Mesure la puissance des gros calculateurs : 10 puissance 12 instructions par sec.
Après  2006  l'on atteignit le Petaflops = 1000 Teraflops.
  Technologies de l'Information et de la Communication; (TIC) .Ce terme recouvre l'ensemble des techniques qui interviennent pour réaliser ces objectifs : informatique, télécommunications, gestion, stockage et distribution de l'information numérisée, Internet, réseaux de communication sans ou avec fil, informatique dans les nuages, protections des données, etc.
  Transhumanisme Courant de pensée qui s'appuie sur le progrès des sciences, dont les NBIC (voir acronymes), pour concevoir une humanité fusionnée avec ses machines et où les êtres vivront plus longtemps.
  Twitter, twitter Twitter est un réseau social de petits messages courts gérés par l'entreprise Twitter Inc. Twitter a été créé le 21 mars 2006 
Le nom de la société évoque le gazouillis des oiseaux
Le Président Donald Trump l'a rendu célèbre car il est le premier homme politique de ce niveau a en avoir fait à partir de 2017 un usage intensif.
U    
  UNICODE

Le code ASCII étendu de 7 à 8 bits afin d’y intégrer toutes sortes de caractères, de toutes langes. Ce travail énorme mené par l’organisme ASCII a mené à l’Unicode. Il permet d’intégrer le graphisme des caractères, leur sens de lecture, et d’autres contraintes propres à une écriture.

But final : par exemple pouvoir transmettre un texte en hébreux ancien entre systèmes à distance 
  USB Universal Serial Bus
Mode de connexion de type "série" à un ordinateur. Rapide et peu coûteux, il a fait son succès depuis 2.000 pour connecter divers types d'appareils.
USB 1.0 : jusque 01,5 Mb/s
USB 1.1 : jusque 12 Mb/s
USB 2.0 : (high speed) : jusque 480 Mb/s
USB 3.0 : jusque 5 Gb/s, disponible depuis 2010, mais loin d'être encore généralisé pour les PC en 2012.
V    
W    
  WEB Abréviation de World Wide Web, utilisée pour désigner toute technologie en rapport avec Internet.
En français : Réseau Internet
  WEBCAM Web Camera
Camera video reliée au réseau Internet afin de permettre de visionner ce qui se passe en un lieu déterminé. Par exemple, un carrefour régulièrement encombré. L'usage s'en est répendu pour dialoguer entre utilisateurs de PC. La première date de 1993.
  Wi-Fi ou WIFI Wireless Fidelity
C'est un ensemble de protocoles de communication appliqué aux réseaux locaux sans fil. Peut être reliée à Internet pour en permettre l'accès aux utilisateurs. Fort répandue depuis 2005 en usage public et privé.
débit max  en 2005 : 54 Mb/s, mais distance max. couverte de 200 à 300 m. Utlise la bande de radiofréquence de 2,4 à 2,5 Khz.
En 2010, le débit possible a été quadruplé : 100 Mbits/sec effectifs dans un rayon de 100 m.
2013 voit le début du Wi-Fi dans la bande de fréquence 60 Ghz. débit attendu : 500 Mbits/sec par canal. Norme : Wi-Fi ad. Distance assez courte : 10 m. Pour usages réalité virtuelle.

Les ondes radiofréquence utilisées intensément partout pourraient avoir un impact négatif sur le cerveau humain. A suivre.

  WWW World Wide Web
Réseau d'interconnexion mondial : Internet
  WWWWW Who? What? Where? When? Why ?
  Zettabytes  Zettaoctets 1.000 Exabytes
     

Il y a aussi une liste très complète des abréviations, avec signification, mais sans explication sur http://users.skynet.be/agpym/abreviations2.html

     
   retour haut de page