Bull Gamma 60 (1961)
 
Le Gamma 60 de Bull était un grand ensemble de gestion à cartes et bandes magnétiques, remarquable pour l'époque. Le premier de cette taille conçu sur le continent européen.
Un des premiers ordinateur européen à utiliser les transistors, les performances du Gamma 60 n'en paraissent pas moins incroyablement faibles par rapport à nos simples P.C. actuels :
Cycle de base = 10 μs, soit une fréquence de base de 0,1 Mhz 
Addition en 200 μs, et multi en 350 μs, en virgule flottante.

L'organisation de la mémoire était par mots de 24 bits, plus 3 bits de contrôle. Ceci donnait une chaine de 27 bits appelée "catène".
(du grec catena = chaîne)

Ci-contre on voit le pupitre, dans un des tiroirs du pupitre il y a un lecteur de bande perforée et dans le fond on aperçoit les rangées de dérouleurs de bande magnétique. Photo prise à la Régie des Télégraphes et Téléphones (RTT) en Belgique.

De très grosses entreprises se sont équipées de Gamma 60 : La SNCF (Société Nationale des Chemins de Fer Français),  la RTT (régie des télégraphes et téléphones) en Belgique, et ci-contre on voit celui du Credito Italiano à Milan.
Certains Gamma 60 ont servi jusqu'au milieu des années 70.

 

Ici pour en savoir plus sur le Gamma 60 de la RTT :
 

Gamma 60 de la SNCF.
Il occupait 360 m² !
6 imprimantes, 16 dérouleurs de bande.
le premier de la série, installé en 1960.

réf Bull et les C de F (encart)

Vue partielle d'une plaque mémoire



Bobine de ruban magnétique G 60 dans son boîtier d'origine
Le Gamma 60 utilisait la technologie des transistors et semi-conducteurs pour ses circuits logiques, les tores de ferrites comme mémoire centrale.
(27 plans de 4.096 bits, temps d'accès = 7,9 microsecondes)
Des dérouleurs de bande magnétique (22,5 kC) comme mémoire de masse.
Un tambour magnétique servait de mémoire de travail.

Bobine enrouleuse de ruban magnétique

Dérouleur de bande 22 Kc (origine Electrologica, repris par Burroughs)
Parmi les premiers dérouleurs à dépression.

Ci-contre, la partie lecteur de bande perforée , laquelle se trouvait en tête des dérouleurs de bande perforée. Ces lecteurs, on peut les apercevoir dans le coin supérieur droit de la photo.

La partie lecteur est d'origine Ferranti. Elle pouvait s'adapter aux bandes 5,6 et 8 canaux, trous ronds.

Ces lecteurs étaient ceux installés à la RTT, en mode 5 canaux type telex.

Quelques données techniques résumées par André Moens :

1. Le pupitre de commande était équipé d'une machine à écrire électrique Remington (In-Out ) commandée par une logique à relais 48V (les mêmes équipant la mécanographie classique).
Ce pupitre procurait également une commande "read-write per bit" avec visibilité détaillée sur le contenu de tous les registres de l'Unité Centrale (à des fins de contrôle et d'intervention) ainsi que de l'état de bon fonctionnement ou non des différents organes constituants;
2. La Classe 2 comprenait les dérouleurs de bandes magnétiques (installés dans la salle du Pupitre) et la logique associée (dans la salle de l'Unité Centrale).
Les bandes magnétiques des dérouleurs servaient de support pour les différents Programmes d'Exploitation, les bases de données, l'enregistrement des données avant impression et l'archivage);
3. La Classe 3 qui comprenait toute la logique et le matériel d'impression au moyen de d' Imprimantes "I50" de 120 colonnes (sur 1 ou 2 feuillets contigus) à 300 caractères/minute (jusqu'à 6 imprimantes à haut niveau de Décibels pour imprimer les états );
4. La Classe 4 qui comprenait le Lecteur-Perforateur de cartes et les 4 Lecteurs de bande perforée (type télex), dans le cas de la RTT belge, matériels servant à introduire les données venant des centraux téléphoniques (communications) ou introduction des différents Programmes;
5. La Classe 1 ou l'Unité Centrale qui comprenait le Processor et les autres organes centraux tels que Armoires de Rythmes (technologie à Lampes !), Mémoire Centrale, Logique de la mémoire Tambour, Contrôleur Logique de la Classe 4, Séquenceur de mise sous tension progressive des divers éléments etc.
Chaque petit boîtier que l'on peut voir dans les baies représentait une "Gate" logique ou un Flip-Flop 0-1 (bascule à 2 transistors) qui était commandé par une série de Conditionneurs ou Mélangeurs (And, Or, Nand, Nor etc.)
Ces conditionneurs-mélangeurs étaient enfichés dans le fond des baies sur des "Bus" et les boîtiers Flip-Flop étaient à leur tour enfichés sur l'avant des Conditionneurs-mélangeurs.
En 2010 chacun de ces boîtiers pourrait contenir 2 Processors "Intel I7" dont il serait inutile de faire un comparatif de diminution de volume et d'accroissement de puissance...
6. La Mémoire Centrale était formée de tores en ferrite:
Une plaque mémoire comprenait 24 X 24 tores = 512. Ces plaques étaient regroupées par bloc de 24  de manière à former des Mots ou "catènes", plus 3 pour le contrôle. Un bloc de mémoire représentait donc une
capacité utile de 512 Mots de 24 bits correspondant au stockage de 2.048 caractères ou 512 instructions... Un Gamma 60 pouvait comporter de 2 à 8 blocs de mémoire.
 (alimentation hybride Transistors-Lampes pour valider les sélections en tension et en courant).
7. La Mémoire-Tambour de 100K Octets avec son Contrôleur.

Le Gamma 60 travaillait déjà en "Simultanéité" c-à-d que plusieurs programmes pouvaient se dérouler en même temps; p. ex. le temps consacré à rechercher des données sur un périphérique pour une instruction du programme "A" était mis à profit pour traiter les instructions d'autres programmes "B", "C", etc.
 

Pour d'autres infos :
http://www.feb-patrimoine.com/histoire/histoire_systemes.html
livre "L'aventure du Gamma 60" paru chez Lavoisier en 2005
 

copyright Bull & G Natan & F. Thys  retour menu histoire